...
Annonces immobilières achat, vente, location

Acheter en couple, mode d'emploi

Acheter en couple, mode d'emploi
Acheter un bien immobilier à deux sera un projet différent selon le statut marital des acquéreurs. Il s'agit de se protéger bien sur, mais également de protéger son conjoint en cas de décès par exemple. Voici quelques conseils

Communiquer c'est essentiel

Nous ne sommes pas toujours maîtres de nos sentiments. Combien de fois, nos conseillers ont ils du intervenir dans des dossiers liés à des divorces houleux. Quand ils ont acheté, les amoureux n'était pas dans cette position d'opposition et pourtant, quelques années et parfois quelques mois après, la situtaion a bien changé ! Quelle que soit la situation, en plein soleil ou au milieu de la tempête il faut communiquer. En dehors de la conception de couple, acheter à deux c'est devenir associé. Peu importe que ce soit un appartement dans les beaux quartiers de Paris ou bien une cabane au fond d'une forêt, la notion de propriété commune empêche l'un ou l'autre des propriétaires de décider seul de la destination du bien. Alors pour éviter le bourbier, il faut communiquer et formaliser autant que possible.

Choisir la formule adaptée

Le régime de la "communauté des biens réduites aux acquêts", s’applique pour l'achat d'un bien immobilier sauf si il y a un contrat de mariage. Les époux achetant ensemble sont les propriétaires et disposent des mêmes droits sur le bien. C'est le mariage qui offre la meilleure solution en cas de décès de l’un des deux propriétaires. Le survivant aura alors l’usufruit du bien en question. En fonction de la situation, du nombre d'enfants, issus ou non de cette union, il y aura bien sur besoin de composer. Pourquoi ne pas mettre les choses à plat dans un testament ? Le terme est un peu lugubre, mais le testament produit quel que soit le moment de la Vie une feuille de route à suivre en cas de décès. Rédiger un document en ce sens peut permettre de préserver un peu sa famille de maux supplémentaires. 

Mais le décès n'est pas la seule issue d'un mariage. Si la phrase célèbre évoque "jusqu'à ce que la mort vous sépare" nombreux sont les mariages à ne pas aller jusque là. C'est aussi l'époque qui veut cela. Un couple peut se déchirer à cause d'un achat ou de travaux qui n'en finissent pas. Il peut aussi se déchirer sans être marié et en ayant pourtant réalisé un achat ensemble. Et cela ne peut que compliquer les choses.

Ne pas voir que le côté négatif de la chose...

...Mais l'anticiper. Car oui, acheter un bien immobilier c'est à la fois une chance et une opportunité de construire un projet ensemble sous le même toit. Une maison ce n'est pas qu'un foyer où doivent obligatoirement grandir des enfants, se passer des fêtes et des anniversaires. Une maison c'est aussi un bien qui rentre dans le patrimoine de ses acquéreurs. Aussi il faut réaliser le projet en étant intelligent. Des solutions existent.
Acheter en étant pacsé par exemple, les couples pacsés sont logés sous le régime de la séparation des biens. Dans le cadre d’une acquisition, les conjoints précisent dans l’acte d’achat, les sommes que chacun engage. Attention en cas de séparation, la revente nécessitera un commun accord.

Mais on peut également acheter sans être marié ni pacsé. En cas de séparation, chacun récupère la part de la somme qu’il a investi pour dans le projet